Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/1822/8889

TitleL’«anthropologie structurale» entre universalisme et relativisme
Author(s)Rocha, Acílio da Silva Estanqueiro
KeywordsAntropologia estrutural
Lévi-Strauss, Claude
Issue date2006
PublisherLibrairie Philosophique J. Vrin
CitationROCHA, Acílio da Silva Estanqueiro – “L’«anthropologie structurale» entre universalisme et relativisme”. Paris : Librairie Philosophique J. Vrin, 2006. p. 291-294. Sep. de “L’homme et la réflexion : actes du Congrés de l'Association des Sociétés de Philosophie de Langue Française (A.S.P.L.F), 30, Nantes, France, 2004”.
Abstract(s)Si l'oeuvre de Lévi-Strauss occupe incontestablement une place de première importance dans le structuralisme contemporain, c'est qu'elle représente la source et le modèle d'une méthodologie et d'une philosophie qui dominent l'horizon anthropologique de notre temps. D'autre part, il a renversé sûrement des catégories acceptées et a démonté des évidences admises: mais il ne l'a pas fait à la manière d'un Nietzsche - l'anti-Socrate -, mais, ayant rencontré l'humanité millénaire, semble avoir trouvé le registre de la sérénité. C'est ainsi que les mythes, par exemple, constituent une sorte de discours, un discours que l'anthropologue recueille comme un linguiste et dont il essaie de faire la "grammaire"; il faut d'abord définir le code, par lequel on découvre des significations: il s'agit toujours d'une exploration des messages elaborés au niveau de l'inconscient. De plus, La Pensée Sauvage ne correspond à aucune catégorie classique; elle ne respecte pas l'ordre “more geometrico” et n'obéit pas à une méthode déductive; un ouvrage comme La Pensée Sauvage est écrit dans un code qui ne peut pas facilement se transcrire dans le vocabulaire traditionnel; c'est un essai tout à fait original de la typologie de la pensée. Alors, l'activité logique n'est pas un privilège de ceux qui se considèrent civilisés; elle est une propriété qui concerne l'humanité toute entière. L'étude des mythes de l'Amérique tropicale (Mythologiques) montre qu'ils sont structurés comme un langage et que derrière la fantaisie de l'imaginaire règne l'absence de désordre. Aux partisans du je, du sujet, Lévi-Strauss oppose les témoins du nous, de l'humanité; ce qu'il propose ce sont des lieux d'émergence de l'humanité; s'il nous fait éprouver tantôt une attitude de fascination par des nouvelles voies de pénétration, tantôt un sentiment d'inquiétude par des nouvelles questions qu'il soulève, il est vrai qu'il éveille surtout un débat d'ordre anthropo-logique. Le moment se prête davantage à une réflexion philosophique et donc critique. Le projet est de montrer qu'il y a, au-delà du sens que les êtres accordent à leurs discours ou à leurs actions, des structures sous-jacentes qui assignent un cadre à leur expression; afin de les révéler, l'“anthropologie structurale” innove peut-être par rapport à l'a priori et au transcendantal kantiens, instaurant un rapport inouï entre l'empirique et la rationalité.
TypeOther
URIhttp://hdl.handle.net/1822/8889
AccessRestricted access (UMinho)
Appears in Collections:CEHUM - Outros
CEPS - Publicações dos investigadores do CEPS

Files in This Item:
File Description SizeFormat 
L'«Anthropologie Structurale».pdf
  Restricted access
1,44 MBAdobe PDFView/Open    Request a copy!

Partilhe no FacebookPartilhe no TwitterPartilhe no DeliciousPartilhe no LinkedInPartilhe no DiggAdicionar ao Google BookmarksPartilhe no MySpacePartilhe no Orkut
Exporte no formato BibTex mendeley Exporte no formato Endnote Adicione ao seu ORCID